Comment savoir si on a un stress post-traumatique ?

Lorsque vous subissez un événement ou une situation traumatisante, la guérison peut s’avérer très lente. En effet, il est possible que vous soyez soumis à un stress post-traumatique. Ce dernier peut se manifester de diverses manières. Cependant, il est important d’en reconnaitre les signes afin de prendre les dispositions idoines. Comment savoir si vous avez un stress post-traumatique ? C’est en effet, à cette question que nous essayerons d’apporter des éléments de réponses à travers cet article.

Qu’entendons-nous par syndrome de stress post-traumatique ?

Le syndrome de stress post-traumatique désigne l’ensemble des symptômes qui surviennent après avoir vécu un événement tragique, soudain et traumatisant. C’est aussi un problème de santé mentale qui peut affecter une personne qui a vécu un événement traumatisant ou qui en a été témoin. Il peut s’agir de la mort, des menaces de mort, des blessures graves, des agressions. Notons qu’il est plus fréquent chez les militaires, les premiers répondants, les médecins et les infirmières. Toutefois, cet état peut affecter quiconque a vécu un traumatisme. Lorsque des situations terrifiantes surviennent, les gens peuvent réagir et de différentes manières. Elles s’atténuent généralement au fil du temps et les personnes touchées peuvent reprendre leur vie quotidienne. En somme, le stress post-traumatique est donc une réaction naturelle chez une personne normale, à un événement anormal.

A lire en complément : Les meilleurs spots pour une plongée tropicale en Guadeloupe

Comment savoir qu’une personne a un stress post-traumatique ?

Le trouble du stress post-traumatique se déclenche après que vous ayez été exposé de façon directe (témoin). Ou encore que vous ayez été exposé indirectement (lorsqu’on vous apprend ce qui vient d’arriver à un proche par exemple). Le choc est tel qu’il s’est installé directement dans la mémoire de votre cerveau. Et dès qu’un bruit, une odeur, un lieu, une situation vous rappelle l’événement, votre corps se met totalement en alerte. Et ceci, à votre insu. Si vous avez un doute sur votre situation, des tests trauma pourront vous aider à déceler lesdits signes. Il peut aussi s’agir de la situation d’un proche qui vous inquiète. En outre, l’état de stress post-traumatique peut avoir des effets secondaires sur votre vie. D’où la nécessité de faire très tôt un diagnostic et de prendre des dispositions idoines.

Quid des signes visibles du stress post-traumatique ?

Pour les signes visibles, les personnes atteintes de stress post-traumatique peuvent :

Lire également : Où puis-je trouver le mot de passe WiFi de la Freebox ?

  • se sentir nerveux,
  • avoir des difficultés pour dormir
  • ou revoir les détails de l’événement, défiler dans leur esprit.

Ces réflexions ou expériences sont une réaction naturelle à ladite situation.

Quid des signes cachés du stress post traumatique ?

Ces signes cachés sont ces signes qui parviennent à bien s’infiltrer dans votre vie quotidienne. De sorte que vous finissez par vivre avec, et ce, à votre insu. Il y a trois grands types de signes cachés : la reviviscence, l’évitement et l’état de sur-vigilance. Nous pouvons rajouter un sentiment d’être anesthésié dans sa vie. Aussi, un sentiment de ne plus ressentir de la douleur, qu’elle soit physique ou émotionnelle. Il peut aussi s’agir d’un sentiment de brouillard mental.

La reviviscence

C’est le fait de revivre son ou ses traumatisme (s) sans le vouloir. Et ce, à travers des souvenirs, des flash-back et des cauchemars. Elle déclenche en vous, un sentiment de détresse et des sensations de panique. Cela peut être lié à la vue du sang, du bruit de pétard, l’ascenseur, une odeur particulière. Il peut même s’agir de la manière d’être touché. Elle est déclenchée par un ou tous les cinq sens (la vue, l’ouïe, le toucher, l’odorat, le goût).

L’évitement

C’est un mécanisme de défense inconscient et commandé par votre cerveau, une sorte de mode de survie. Vous allez parfois avoir tendance volontairement ou non, à éviter ce qui pourrait vous rappeler votre traumatisme. Aussi, vous allez éviter certaines activités, situations, événements, liens, personnes, sujets de discussions ou même des pensées.

L’état de sur-vigilance

Il est encore appelé l’hyper-activation. C’est un état d’alerte perpétuel et à grande échelle. Vous êtes constamment sur le qui-vive. En effet, cela se traduit par des sursauts, de l’irritation, des troubles du sommeil, de la concentration. Aussi, cela se traduit par un état d’anxiété généralisé ou chronique liée à cette vigilance constante de votre environnement.

ARTICLES LIÉS