Le VRP : statut et contrat

Il est essentiel, pour toute entreprise désireuse d’atteindre ses objectifs de vente, de disposer d’un personnel qualifié, doté d’aptitudes et de compétences nécessaires à une bonne gestion commerciale.

On peut retrouver parmi ce personnel, le VRP qui représente un statut très spécial avec de nombreuses particularités sur le plan juridique. Voici un aperçu complet de tout ce qu’il y a à savoir sur le VRP, notamment les règles d’application de son statut ainsi que les détails de son contrat.

A voir aussi : Comment trouver un emploi à Niort ?

C’est quoi un VRP ?

Le VRP (voyageur, représentant et placier) est un employé dont la mission est d’effectuer une prospection et un démarchage de la clientèle dans le but de gagner un grand nombre de commandes. Il peut travailler pour le compte d’une ou de plusieurs entreprises et est payé au même titre qu’un salarié.

Quand il est embauché par un seul employeur, on parle de VPR exclusif. Dans le cas contraire, c’est un VPR multicartes. Par ailleurs, bien qu’étant salarié, le statut de VRP est soumis à certaines règles juridiques bien définies qu’il importe de respecter.

A lire en complément : Comment coller des étiquettes sur des pots en verre ?

Statut du VRP

Le statut de VRP est régi par des règles et conditions qui doivent obligatoirement être remplies avant son application. Voici énumérées comme suit ces conditions :

  • l’activité pratiquée doit consister en une représentation commerciale (rencontres extérieures avec de potentiels clients pour le décrochage des commandes) ;
  • le VRP ne doit pas travailler pour son compte, mais pour celui d’une ou de plusieurs sociétés ;
  • La représentation commerciale doit être la principale activité, en dehors d’autres activités secondaires pouvant aussi être exercées ;
  • les conditions liées à la zone géographique de prospection, aux types de produits à démarcher ou au taux de rémunération doivent être établies à l’avance avec son employeur.

VRP statut et contrat

En cas de non-remplissage de ces différentes conditions, le statut VRP peut toutefois s’appliquer après que les deux parties soient parvenus à un accord. Il faudra également démontrer les avantages particuliers à tirer par le salarié d’un tel accord.

Contrat d’un VRP

Le VRP peut se voir proposer un contrat de travail de type CDD ou CDI, avec une période d’essai ne devant pas dépasser 3 mois. On retrouve généralement dans le contrat de travail d’un VRP, les éléments tels qu’une rémunération, une clause d’exclusivité et de non-concurrence, ainsi que d’autres conditions relatives à l’exercice du métier.

Le VPR, à l’image de tout salarié, a droit à des congés payés. Ces derniers ne peuvent être accordés qu’à raison de 2,5 jours ouvrables pour chaque mois de travail accompli.

Rémunération d’un VRP

La rémunération d’un VRP peut être fixée de plusieurs manières. Elle peut être soit constituée uniquement de commissions, soit d’un salaire fixe ou soit de commissions ajoutées à un salaire fixe. Pour les VRP exclusifs, une rémunération minimale professionnelle leur est garantie.

Notons qu’il n’est pas évident de parvenir à recruter un VRP en ne lui proposant que des commissions. Le VRP doit percevoir sa rémunération tous les trois mois au moins. En outre, on peut lui verser à sa propre demande, des acomptes mensuels.

Résiliation du contrat d’un VRP

La majorité des cas de résiliation d’un contrat de travail s’appliquent également au VRP. Ce dernier a ainsi la possibilité de démissionner ou d’être licencié par son employeur. Toutefois, des commissions et indemnités peuvent être exigées, de même que le respect d’un préavis.

On distingue à cet effet, l’indemnité de clientèle que peut devoir l’employeur, dans le cadre de la réparation d’un préjudice causé par la perte d’une clientèle. Celle-ci aurait en effet été créée ou développée par le VRP.

Enfin, il existe des commissions de retour sur échantillonnage que réclame le VRP quel que soit le procédé par lequel son contrat a été rompu. Ces commissions visent à dédommager le VRP pour certaines tâches qui ne lui ont pas encore été affectées à sa date de départ. En effet, ces tâches seraient directement rattachées à des faits précédant la résiliation du contrat.

ARTICLES LIÉS