Quelle était la nationalité de Karl Lagerfeld ?

De nombreux grands stylistes et grandes marques connus à l’international sont regroupés en France. Précisément, la majorité ont fait leur début et s’y sont fait un nom.

Parmi eux, Karl Lagerfeld, un styliste aux multiples talents. Il a collaboré avec plusieurs grandes enseignes tout en lançant sa propre marque.

A lire aussi : Quel âge pour acheter une puff ?

Karl Lagerfeld nationalité

Karl Otto Lagerfeld s’était démarqué par son talent à redresser une marque et à ses collections qui se vendaient en quelques minutes.

Son succès dans le monde de la mode démarrait et évoluait en France. Mais il est né et a grandi en Allemagne, à Hambourg. Bien qu’il ait vécu en France pendant longtemps, sa seule nationalité était allemande.

A voir aussi : « Good Girls » : quand Beth et Rio ont-ils couché ensemble ?

C’était le fils d’Otto Lagerfeld, un industriel hambourgeois d’origine suédoise, et d’Elisabeth Bahlmann, une Prussienne. Karl Lagerfeld vivait avec ses deux parents dans le domaine de Bissenmoor, dans un milieu aisé.

À l’âge de l’adolescence, en 1949, il a vu un défilé de mode de Christian Dior. C’était son premier défilé de mode, et c’est ce qui l’a inspiré à devenir couturier. C’était à l’époque qu’il avait commencé à dessiner des modèles.

Début dans le domaine de la mode

Quelques années après ce défilé, lui et sa mère quittent l’Allemagne et déménagent à Paris. C’était en 1952. Il poursuit ses études au lycée Montaigne. En parallèle, il a commencé sa carrière d’illustrateur de mode. Et son succès n’a pas été lent.

En 1954, il s’est démarqué au concours Secrétariat international de la laine de Woolmark en remportant le premier prix. À noter qu’il était en ex-æquo avec Yves Saint-Laurent).

C’était à ce moment qu’il était remarqué par Pierre Balmain, un couturier français qui était parmi les membres du jury. Ce dernier l’avait alors recruté comme étant son assistant personnel.

Et ce fut le cas pendant 7 ans, de 1955 à 1962. On peut dire que ce prix et cette collaboration étaient le début de ses succès dans le stylisme.

Mais en parallèle avec son travail chez Pierre Balmain, il n’avait jamais arrêté d’élargir ses relations et ses compétences. Par exemple, en 1959, il décroche le poste de directeur artistique chez Jean Patou.

Collaboration et succès

Pendant qu’il était l’assistant de Pierre Balmain, Karl Lagerfeld avait aussi travaillé sa propre marque. Il n’était pas difficile pour lui de briller parmi les grands couturiers.

En 1962, il s’était déjà fait un nom en France et partout en Europe, notamment en Italie, en Allemagne et au Royaume-Uni. Il était parmi les tops de stylistes indépendants.

En 1963, il a contracté avec la marque Chloé pour 20 ans de collaboration dans la commercialisation de ses produits. Cela concerne principalement des accessoires de mode et une collection de prêt-à-porter. En parallèle, il avait collaboré avec la maison Fendi en Italie pour leur logo.

En effet, Lagerfeld n’est pas seulement un couturier et styliste, c’était aussi un designer, un éditeur, un photographe, un voix-off, etc.

20 ans plus tard, il a sauvé Chanel d’une impasse suite à la mort de Coco Chanel. En tant que directeur artistique de la maison, il avait sélectionné Inès de la Fressange puis Vanessa Paradis comme égéries de la marque.

La maison allait fermer ses portes, mais Karl l’a de nouveau ramené sur le marché en agissant de manière différente. Ce nouvel air a permis à Chanel de prospérer à nouveau dans le monde de la mode et du luxe.

Ce mouvement chez Chanel ne lui avait pris qu’un an. En 1984, il a créé sa propre maison de couture. Celle-ci portait son nom.

Mais elle était très vite rachetée par un grand groupe, Cora-Révillon. La marque Chloé, qui était en déclin, l’avait de nouveau renommé directeur artistique.

Karl Lagerfeld est surnommé le monstre sacré de la mode, en 2004, suite à sa collection capsule de chez H&M qui était venu en quelques minutes. Après qu’il a décidé de revendre toutes ses marques en 2007, il a lancé la marque K par Karl et la marque Karl en 2012.

ARTICLES LIÉS