Jean Piat : biographie de l’acteur et écrivain français

Si vous recherchez un écrivain à la plume fine doublé d’un jeu d’acteur impressionnant, vous recherchez Jean Piat. Cet acteur et écrivain français a conquis bien des cœurs grâce à de ses performances. Son palmarès impressionnant en témoigne. Lisez cet article pour en apprendre un peu plus sur Jean Piat.

La vie de Jean Piat en quelques mots

Jean Piat est né le 23 septembre 1924 en France, plus précisément à Lannoy. Son intérêt pour le théâtre s’est construit progressivement à son insu. Tout commence avec le déménagement de sa famille à Paris. En effet, il s’inscrivit à un club de théâtre scolaire pour passer le temps. Il prit goût à cette activité et la continua au lycée Jason-de-Sailly.

A voir aussi : Où puis-je trouver le mot de passe WiFi de la Freebox ?

Agé de 17 ans, Jean Piat dut faire face à un évènement aussi imprévu que douloureux. Il s’agit du décès de sa mère. Durant cette période, il fut exclu du lycée où il étudiait. Cela ne freina point notre artiste dans son élan. Il s’exerçait en montant des spectacles à Saint-Ferdinand des Ternes. Avec son expérience acquise, il se démarqua lors d’une audition et partit en tournée.

Dans le courant des années 1945, Jean Piat intégra le Conservatoire sur les recommandations de Roland Piétri. Peu de temps après, il fut exclu pour avoir participé sans autorisation à un tournage. Il avait obtenu le rôle principal du film « Rouletabille joue et gagne » de Christian Chamborant. Suite à cela, il entra à la Comédie-Française le 1er septembre 1947. Il avait réussi, durant son audition, à réciter la tirade de la Calomnie du Barbier de Séville.

A lire en complément : Mariage en hiver : les bons conseils

Pendant 25 ans, Jean Piat demeura membre de la Comédie-Française. Il y franchit les échelons, passant de la simple figuration aux rôles-titres. Fait surprenant, il interpréta plus de 400 fois un Cyrano de Bergerac d’anthologie. Le 31 décembre 1972, Jean Piat quitta la Comédie-Française. Il est important de souligner qu’il en était devenu sociétaire le 1er janvier 1953. Le 1er janvier 1973, il y fit son retour en qualité de sociétaire honoraire.

Jean Piat se maria à deux reprises. De son premier mariage, il eut deux filles. Il est question de Dominique Piat et de Martine Piat. Jean Piat mourut le 18 septembre 2018 à Boulogne-Billancort, de cause naturelle. Il laissa derrière lui, un héritage artistique riche et diversifié.

La vie artistique de Jean Piat en bref

Théâtre

Le parcours théâtral de Jean Piat est des plus remarquables. On ne compte plus le nombre de ses interprétations jouées à la Comédie-Française. Dans cette panoplie d’interprétations, on peut souligner :

  • Nicolas, dans « L’inconnue d’Arras » de Armand Salacrou le 24 avril 1949 ;
  • Molière, dans « L’impromptu de Versailles » de Molière en 1971 ;

Après son départ de la Comédie-Française, il n’a pas chômé. Il enchaîna interprétations sur interprétations. On le retrouve entre autres dans :

  • « Le préféré » de Pierre Barillet et de Jean-Pierre Gredy en 1978 au théâtre de la Madeleine ;
  • « L’âge en question » de Françoise Dorin en 1986 au théâtre des Variétés ;
  • « L’affrontement » de Bill C. Davis en 1996 au théâtre Fontaine ;

Jean Piat avait également des talents de metteur en scène. Il ne manqua pas de faire profiter son public de ses talents en la matière. Au nombre des pièces qu’il a mises en scène, on pourrait citer :

  • « Un voyageur » de Maurice Druon en 1953 pour la Comédie-Française ;
  • « Laure et les Jacques » de Gabriel Arout en 1963 au théâtre Saint-Georges ;
  • « Le bloc 15, ou la musique en résistance » de Pascal Amoyel et Emmanuelle Bertrand en 2006 au théâtre du Renard ;

Télévision

Jean Piat n’a pas manqué de nous faire profiter de ses talents sur nos écrans. En 1967, il a brillé de par son rôle dans la mini-série Lagardère de Jean-Pierre Decourt. Quelques années plus tard, il gagna davantage en popularité grâce à son rôle dans le feuilleton « Les Rois maudits ». Jean Piat a également incarné d’autres personnages au cours de sa carrière :

  • Robert d’Artois, dans « Les Rois maudits » de Claude Barma en 1972 ;
  • Le compte de Beaumont, dans « Schulmeister, l’espion de l’empereur » de Jean-Pierre Decourt en 1974 ;
  • Pierre Costals, dans « Les jeunes filles » de Lazare Iglesis en 1978 ;

Cinéma

La carrière cinématographique de Jean Piat fut bien moins mouvementée. On le retrouve néanmoins dans quelques rôles. Il s’agit entre autres de :

  • Buridan, dans « La Tour de Nesle » de Franz Antel en 1968 ;
  • Armand, dans « Le Passager de la pluie » de René Clément en 1969 ;
  • Pierre, dans « La Rivale » de Sergio Gobbi en 1974 ;

Il prêta aussi sa voix à des personnages de films d’animation. C’était un excellent doubleur.

Publications

De sa fine plume, Jean Piat nous produisit des œuvres qui méritent d’être retenues. On ne saurait oublier :

  • « Le parcours du combattant » en 1989 ;
  • « Je vous aime bien, monsieur Guitry » en 2002 ;
  • « Et… vous jouez encore ! » en 2015 ;

Distinctions

Au cours de sa carrière, Jean Piat fut récompensé à de nombreuses reprises. On pourrait citer sans se tromper :

  • Le prix Boquette-Gonin en 1980 pour « Les plumes du paon » ;
  • Le prix Académie en 2004 pour « Beaumarchais, un intermittent du spectacle » ;
  • Le prix du Brigadier en 2012 pour l’ensemble de sa carrière ;

Qui est la femme de Jean Piat ?

Jean Piat eut deux compagnes. La première, Françoise Engel, était professeur d’art dramatique. Leur mariage couvrit la période de 1948 à 1975. Elle mourut en 2005. Par suite, il se mit en couple avec Françoise Dorin de 1975 à 2018. Leur union prit fin avec la mort de Françoise le 12 janvier 2018.

ARTICLES LIÉS